Avril Supermarché Santé
Et si on faisait du ménage?

Et si on faisait du ménage?

En ce mois d’avril, il me semble que l’on a tellement hâte aux chaleurs de l’été, qu’on a seulement envie d’ouvrir les fenêtres, de respirer et de faire le grand ménage du printemps, comme on dit! On lave, dépoussière, classe, range, etc. Et si cette tradition nous amenait aussi à faire un ménage dans notre vie, en général?

En fait, je trouve parfois que faire le ménage de notre espace est un brin ‘thérapeutique’. Ce nettoyage a souvent pour effet de clarifier l’esprit aussi. Je ne dois pas être la seule qui se sent mentalement mieux (plus légère!) après avoir fait un bon nettoyage de ma maison ou de mon bureau ou qui a une envie compulsive de ‘grand débarras’ quand elle ne feel pas fort…Non? Comme quoi la magie du grand ménage de notre espace physique opère aussi à un autre niveau!

Alors, voici mon ménage du printanier en trois étapes, pour se sentir plus léger :  

Ménage de son garde-manger et de son frigo

C’est l’étape facile! On ouvre la porte et on cherche à l’intérieur ce qui est toujours viable.

  • On jette ce qui est périmé, ce qui traîne depuis plus d’un an et ce qui est ouvert depuis un moment. Par exemple, les épices expirées, les vinaigres (ils perdent de la saveur s’ils sont ouverts), les huiles (elles deviennent rances avec le temps), les boîtes de céréales ouvertes depuis quelques semaines, etc.
  • On vérifie même les produits qui sont à la base ‘non périssable’ (conserves et farines ne sont pas bonnes indéfiniment). Si la date de péremption est inexistante, on jette.
  • On fait aussi le ménage de son congélateur, souvent oublié, car on croit à tort que ce qui est congelé est bon pour toujours. Hé, non! Ce qui est au congélateur se déshydrate avec le temps, en plus de changer de saveur : les articles congelés devraient être consommés au plus tard dans les trois mois qui suivent leur achat.
  • Si on pense faire un virage un peu plus vegan, qu’on ne veut pas jeter d’aliments et éviter le gaspillage, on met en évidence ce qu’on veut manger ou « liquider » avant de recommencer à faire des provisions.
  • Dans le garde-manger, on crée un système de rangement logique selon l’usage des produits; une section d’aliments très utilisés, une autre avec les aliments servant pour la confection des pâtisseries, une autre avec les aliments tels les épices, les sauces, les conserves, etc.

 Ménage de la garde-robe et des étagères!

Toujours dans le plutôt simple, mais le sentiment d’attachement aux vêtements ou aux objets est plus présent qu’avec la nourriture.

  • On fait des heureux! On donne ce qui ne fait plus ou ce qui traîne depuis un moment (Et qui de toute évidence ne servira même pas LA fois dans l’année où on peinturera!) Plusieurs organismes communautaires recueillent les vêtements usagés avec grand plaisir.
  • On essaie récupérer ou de recréer avec les vêtements que l’on a! On peut changer les boutons des vestons, raccourcir des pantalons qui peuvent devenir des 7/8 ou des bermudas, etc. Internet est le meilleur allié pour s’inspirer et apprendre comment faire!
  • On range nos vêtements d’hiver dans des bacs de rangement de plastique qu’on peut mettre dans le haut ou le fond de la garde-robe.
  • On classe nos vêtements par couleur : c’est plus facile de s’y retrouver et de voir ce que l’on possède déjà. Au final, on s’évitera probablement des dépenses inutiles…
  • On prend connaissance de notre boîte à bijoux, de nos bibelots, de nos livres. On garde ce qu’on porte toujours ou qui a une trop grande importance sentimentale et pour le reste, on troque avec nos amis, on en fait don à la librairie ou on revend au bijoutier!

Ménage de ses relations et de ses activités

Cette étape peut sembler difficile de prime à bord, mais elle est vraiment bénéfique à moyen et long terme. Il suffit de s’arrêter quelques instants pour penser aux relations que l’on entretient et aux activités auxquelles on participe, et de se questionner. Est-ce agréable et positif, généralement? Est-ce qu’on en retire quelque chose? La relation est-elle nourrissante ou nous apporte-t-elle un équilibre? Sans nécessairement couper les ponts dans l’immédiat ou mettre fin abruptement à une collaboration, prendre un moment pour vraiment considérer où l’on se situe dans notre vie peut parfois amener à une réalisation vis-à-vis certaines de nos fréquentations.

Dans le même ordre d’idée, le bombardement d’informations provenant des réseaux sociaux est quelque chose qui, je crois, peut aussi devenir envahissant. Et si on faisait une liste des sites que nous avons absolument envie de suivre ou des groupes dont nous voulons vraiment faire partie, histoire de visionner seulement ce qui nous intéresse et de ne pas perdre du temps inutilement? On peut l’écrire sur une feuille ou passer en revue notre boîte courriel et nos favoris de navigateur pour retirer ce qui n’est plus pertinent. Encore une fois, il suffit de mettre son énergie aux bons endroits, à ce qui a du sens pour nous.

Bon ménage!

A propos de Annie St-Pierre

Titre : Chroniqueuse santé

Annie est une épicurienne qui adore cuisiner santé, bien manger et surtout, bouger! Après avoir découvert les bienfaits pour le corps et l’esprit de l’activité physique, Annie a intégré l’alimentation saine dans sa vie et est devenue une adepte du DIY (do-it-yourself) à travers la fabrication de ses propres cosmétiques maison. Elle souhaite partager ses découvertes et son intérêt pour un mode de vie sain à tous les épicuriens amoureux de la vie comme elle!