Avril Supermarché Santé
Qu’est-ce que la cuisine vivante?

Qu’est-ce que la cuisine vivante?

C’est ce que je cherchais à savoir en m’intéressant à la cuisine de Crudessence, que l’on retrouve dans certains supermarchés Avril. Je suis donc allée suivre la formation « Cuisine vivante » à l’Académie Crudessence donnée par Camille Laperle, naturopathe et enseignante en alimentation vivante et Jonathan Jubinville, enseignant à l’Académie, afin d’en apprendre davantage sur ce mode de vie.

Tout d’abord, bien que Crudessence prône l’alimentation sans cuisson,  biologique et  végétalienne, l’entreprise ne préconise pas une façon de s’alimenter restrictive mais plutôt l’approche des 3V comme me l’a indiqué Camille : Vert, Vivant, Varié! Une approche qui suggère plutôt «d’ajouter de la vie à nos assiettes au lieu de retirer des aliments» à notre alimentation…du moins pour commencer!

Crudessence nous invite à nous reconnecter à nous-même, à se questionner sur nos besoins nutritionnels et notre faim réelle (pourquoi je mange?) dans le moment présent afin de faire de bons choix alimentaires.

Certains principes nous sont d’ailleurs suggérés par l’entreprise afin de guider ces choix. Camille m’a indiqué des exemples pour chacun :

  • Tout d’abord, manger des aliments qui sont riches et denses en nutriments de qualité et biodisponibles, c’est-à-dire des aliments qui procurent un maximum d’énergie et de bienfaits dans une quantité moindre. On retrouve dans cette catégorie les supersaliments tels que les baies de Goji, le cacao cru, le mesquite, le maca, le chaga etc.
  • Ensuite, favoriser des aliments qui soutirent le moins possible d’énergie au corps et à l’environnement. Par exemple, les fruits et légumes mûrs, locaux et de saison sont non seulement plus facilement assimilés, mais le transport de ceux-ci est aussi plus court. De la ferme au marché en moins de temps, donc moins de pétrole a été dépensé pour se nourrir.
  • Finalement, préférer des aliments qui produisent peu de déchets dans le corps et dans l’environnement. Par exemple, en réduisant notre consommation de produits ou de sous-produits animaliers, nous pouvons réduire l’impact environnemental de l’élevage industriel et du même coup réduire notre exposition possible aux antibiotiques et aux hormones de croissance habituellement utilisés dans celui-ci. De plus, les protéines animales ont la réputation d’être plus difficiles à digérer que les protéines végétales.

Quelques recettes crudessentes sont proposées et réalisées lors du cours Cuisine vivante, par exemple : un smoothie vert, un lait de noix, un granola choco-cannelle, des boules d’énergie, un ricotta aux noix de macadam, un gâteau « choco-extase », un végé-pâté, une sauce aux tomates séchées, et j’en passe. Que de belles découvertes lors de cet atelier!  Il suffit d’un peu de curiosité et de volonté pour intégrer dans notre quotidien une cuisine pleine de saveurs qui nous rempli d’énergie.

A propos de Annie St-Pierre

Titre : Chroniqueuse santé

Annie est une épicurienne qui adore cuisiner santé, bien manger et surtout, bouger! Après avoir découvert les bienfaits pour le corps et l’esprit de l’activité physique, Annie a intégré l’alimentation saine dans sa vie et est devenue une adepte du DIY (do-it-yourself) à travers la fabrication de ses propres cosmétiques maison. Elle souhaite partager ses découvertes et son intérêt pour un mode de vie sain à tous les épicuriens amoureux de la vie comme elle!